GUERRE ISRAËL-HAMAS : GAZA DÉSORMAIS COUPÉE DU MONDE. LES HUMANITAIRES S’INQUIÈTENT !

Des bombardements plus nombreux à Gaza. Le conflit est monté d’un cran vendredi 27 octobre, lorsque l’armée israélienne a indiqué dans la soirée avoir intensifié ses frappes “d’une manière très significative” sur la bande de Gaza et affirmé vouloir y “étendre” ses opérations terrestres. Selon la population gazaouie, citée par le média israélien Haaretz, les bombardements ont été incessants dans le nord de l’enclave palestinienne, et en particulier vers les camps de réfugiés de Jabaliya à Bet Lahiya et Bet Hanun. Le Hamas a annoncé avoir affronté les troupes israéliennes dans le nord de Gaza, lors de combats au sol.

Gaza coupée du monde

Et alors que l’enclave palestinienne est bombardée à un niveau inédit depuis le début de la guerre, tous les contacts avec la population ont été perdus hier soir, ce qui crée l’inquiétude des ONG et rend leur travail sur place plus que difficile. “Nous avons perdu le contact avec nos collègues de Gaza”, a prévenu Catherine Russel, la directrice de l’Unicef, qui s’est dite “extrêmement préoccupée par leur sécurité et par une autre nuit d’horreur indescriptible pour 1 million d’enfants à Gaza”. De son côté, Human Rights Watch redoute que la coupure des communications puisse “servir de couverture à des atrocités de masse”. Amnesty International et le Croissant rouge palestinien n’ont plus de contact non plus avec leurs équipes à Gaza.

L’ensemble des communications et l’accès à Internet ont été coupés dans la bande de Gaza, tandis que l’ONU a appelé à une trêve immédiate.

Une résolution de l’ONU adoptée

Vendredi soir, l’Assemblée générale de l’ONU a réclamé à une large majorité une “trêve humanitaire immédiate, durable et soutenue, menant à la cessation des hostilités”, alors que le conflit a escaladé dans la soirée et que les bombardements se sont accentués sur la bande de Gaza. La résolution non contraignante a recueilli 120 votes pour, 14 contre (dont les États-Unis et Israël) et 45 abstentions. L’ambassadeur israélien à l’ONU a qualifié le vote d'”infamie”, tandis que Washington a considéré qu’il aurait fallu mentionner le Hamas et les otages dans le texte. L’ambassadeur palestinien Riyad Mansour a quant à lui remercié l’Assemblée générale de son “courage” d’avoir dit “ça suffit, cette guerre doit cesser, le carnage contre notre peuple doit cesser”.

Macron appelle à la “trêve humanitaire”

Depuis Bruxelles, le président français a demandé une “trêve humanitaire” dans la bande de Gaza, sous état de siège total et bombardée par Tsahal. “Nous reconnaissons totalement le droit et la volonté légitime de lutter contre le terrorisme. Nous sommes prêts à y apporter notre aide. Mais nous considérons que le blocus complet, le bombardement indifférencié et plus encore la perspective d’une opération massive terrestre ne sont pas de nature à protéger comme il se doit les populations civiles”, a affirmé le président, considérant qu’“une trêve humanitaire est aujourd’hui utile pour pouvoir protéger ceux qui sont sur le terrain, qui ont subi des bombardements”. Avec cette demande, le président français va au-delà de la position exprimée quelques jours plus tôt au Proche-Orient, lorsqu’il s’était borné à évoquer une “protection” des civils de Gaza.

La Rédaction 7

(Source : TF1 Info)

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

Espace Publicitaire

Les plus populaires

Espace Publicitaire

DefMaks Promote

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.