ISRAËL/PALESTINE : DE 1947 À 2023, UN CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN COMPLEXE ET DANS L’IMPASSE

Quelques faits historiques du conflit

Le conflit israélo-palestinien a été de nouveau ravivé, samedi, après l’offensive surprise lancée par le Hamas contre Israël. En représailles, l’État hébreu a ordonné lundi un “siège complet” de la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste palestinien. Un nouvel épisode meurtrier d’un conflit qui prend sa source au milieu du XXe siècle, et dont France 24 retrace l’histoire.

1947 : après la fin de la Seconde Guerre mondiale, des milliers de juifs européens – dont de nombreux survivants de la Shoah – émigrent vers la Palestine alors sous mandat britannique. À bord du navire Exodus 1947, ils sont interceptés par des navires de la marine britannique et renvoyés en Europe. Cet incident suscite l’indignation internationale et joue un rôle essentiel pour convaincre le Royaume-Uni qu’une solution négociée par les Nations unies est nécessaire pour résoudre la crise en Palestine.

Le Comité spécial des Nations unies approuve un plan de partage, le 29 novembre, qui accorde 56,47 % de la Palestine à un État juif et 43,53 % à un État arabe. La ville de Jérusalem est, quant à elle, placée sous statut international.

1948-1949 : David Ben Gourion, président du Conseil national juif, lit publiquement la Proclamation d’indépendance d’Israël, le 14 mai. L’État juif prend alors le contrôle de 77 % du territoire de la Palestine sous mandat, selon l’ONU. Cette déclaration précède d’un jour l’expiration du mandat britannique sur la Palestine. Pour les Palestiniens, cette date marque la “Nakba” (“catastrophe”) – un exode forcé qui annonce leur déplacement et leur dépossession. Plusieurs centaines de milliers de Palestiniens ayant entendu parler de massacres dans des villages, tels que Deir Yassin, fuient vers l’Égypte, le Liban et le territoire jordanien.

Les armées de l’Égypte, de la Syrie, du Liban, de la Jordanie (ex-Transjordanie) et de l’Irak attaquent Israël, le 14 mai, déclenchant la première guerre israélo-arabe. Les armées arabes sont repoussées durant les derniers mois de l’année.

1949 : un cessez-le-feu est déclaré entre les parties prenantes au conflit durant la première partie de l’année. La Jordanie prend le contrôle de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, l’Égypte contrôle la bande de Gaza. Les lignes de cessez-le-feu deviennent, quant à elles, les frontières d’Israël – plus favorables que celles du partage de l’ONU.

1956 : la deuxième guerre israélo-arabe a lieu après la nationalisation du canal de Suez par l’Égypte. Israël, le Royaume-Uni et la France forment une alliance, et l’État juif occupe la bande de Gaza et la péninsule du Sinaï. L’armée israélienne, sous la pression des États-Unis et de l’URSS, retirera plus tard ses troupes.

1959 : l’organisation palestinienne Fatah est créée dans la clandestinité à Gaza et à Koweït par Yasser Arafat et ses partisans. Elle va devenir par la suite la principale composante de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

1964 : la Ligue des États arabes crée l’Organisation de libération de la Palestine à Jérusalem. L’OLP regroupe toutes les organisations palestiniennes de l’intérieur et des camps de réfugiés à l’extérieur.

1967 : la troisième guerre israélo-arabe, ou guerre des Six-Jours, est déclenchée par Israël. Entre le 5 et le 10 juin, l’État juif obtient une victoire éclatante sur les pays arabes voisins. Ce bref conflit entraîne aussi un redécoupage spectaculaire de la carte du Moyen-Orient : Israël s’empare de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est, de la bande de Gaza, de la péninsule du Sinaï et du plateau du Golan.

1973 : l’Égypte et la Syrie lancent, le 6 octobre, une offensive contre Israël pour reconquérir le Sinaï et le Golan. C’est le début de la quatrième guerre israélo-arabe, ou guerre du Kippour – car lancée lors de la fête juive du Yom Kippour. Israël repousse finalement les armées et le conflit se termine à la fin du mois, mais les deux parties subissent de lourdes pertes – au moins plusieurs milliers de morts.

1978 : les accords de Camp David sont signés, le 17 septembre, par le président égyptien Anouar el-Sadate et le Premier ministre israélien Menahem Begin. Selon les termes de cet accord, l’Égypte regagne la péninsule du Sinaï qu’elle avait perdue lors de la guerre des Six-Jours. Anouar el-Sadate devient le premier leader arabe à reconnaître l’État d’Israël.

1979 : un accord de paix israélo-égyptien est scellé à Washington à la suite des accords de Camp David.

septembre, des milices libanaises phalangistes chrétiennes se livrent à des massacres dans les camps de Sabra et Chatila, situés dans une zone sous contrôle israélien. Ces massacres, qui ont fait l’objet d’une enquête israélienne connue sous le nom de “Commission Kahane”, vont conduire à la démission d’Ariel Sharon.

1987 : la première intifada (“soulèvement” en arabe) débute dans la bande de Gaza et s’étend rapidement à la Cisjordanie. Surnommée la “guerre des pierres”, cette révolte contre l’occupation israélienne dure jusqu’en 1993 et coûte la vie à au moins 1 000 Palestiniens. C’est aussi durant ce soulèvement que naît le mouvement islamiste Hamas, qui refuse la moindre légitimité à Israël.

1993 : après d’intenses négociations secrètes à Oslo, Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Itzhak Rabin signent à Washington les accords d’Oslo. Ces accords prévoient la création de l’Autorité palestinienne, qui obtient le contrôle administratif de la Cisjordanie et de la bande de Gaza – et à la tête de laquelle Yasser Arafat sera élu en 1996.

1995 : Itzhak Rabin est assassiné le 4 novembre par un extrémiste juif lors d’un grand rassemblement pour la paix à Tel-Aviv.

2000 : le chef du parti de droite israélien Likoud, Ariel Sharon, se rend sur l’esplanade des Mosquées à Jérusalem, le 28 septembre. Cette visite est considérée comme une provocation par les Palestiniens. La seconde intifada, également appelée “Intifada al-Aqsa”, débute le lendemain. Elle va durer jusqu’en 2005, faisant pendant cinq ans 3 000 morts côté palestinien et 1 000 côté israélien.

2001 : Ariel Sharon est élu Premier ministre d’Israël et rompt tout contact avec Yasser Arafat. Ce dernier est confiné dans son quartier général de Ramallah par l’armée israélienne.

2002 : le gouvernement d’Ariel Sharon déclenche l’opération “Rempart”, le 29 mars. Israël commence la construction d’un mur pour séparer Israël de la Cisjordanie. C’est aussi cette année-là que le Conseil de sécurité de l’ONU mentionne pour la première fois, dans plusieurs résolutions, la coexistence de deux États – Israël et la Palestine. Enfin, l’armée israélienne lève le siège de Ramallah.

2004 : le cheikh Ahmed Yassine, cofondateur et chef spirituel du Hamas, est tué par une frappe d’hélicoptère israélienne, le 22 mars. Huit mois plus tard, le 11 novembre, Yasser Arafat décède des suites d’une maladie dans un hôpital parisien. La mort du président de l’Autorité palestinienne est, depuis, sujette à controverse : certains experts font état d’une mort naturelle et d’autres envisagent la possibilité d’un empoisonnement au polonium 210.

2005 : Mahmoud Abbas est élu président de l’Autorité palestinienne. Après 38 années d’occupation, Israël se retire de la bande de Gaza.

2006 : le Premier ministre israélien Ariel Sharon est victime d’une attaque cérébrale, le 4 janvier – il tombe et reste dans le coma pendant huit ans avant de décéder le 11 janvier 2014. Ehud Olmert lui succède au poste de chef du gouvernement, ainsi qu’à la tête du nouveau parti Kadima qu’il avait fondé en novembre 2005.

Cette année-là, le mouvement islamiste Hamas remporte aussi les élections législatives dans les Territoires palestiniens. En conséquence, les États-Unis et l’Union européenne suspendent l’aide directe au gouvernement palestinien.

Le 12 juillet, une guerre de 34 jours démarre entre le Liban et Israël, à la suite d’attaques à la roquette du Hezbollah, ainsi que de l’enlèvement et de la mort de plusieurs soldats israéliens. Israël déclenche en retour une offensive, provoquant la mort d’au moins 1 000 Libanais (et plus de 100 morts côté israélien). L’État hébreu fait aussi face à sa pire défaite militaire depuis sa création, en 1948.

2007 : après des mois de luttes intestines entre le Fatah et le Hamas, ce dernier prend le contrôle de Gaza. La violence dans la région se poursuit. Aux attaques palestiniennes à la roquette, Israël répond par des raids. Le 29 mars, la Ligue arabe relance son “initiative” de paix au sommet de Riyad, en Arabie saoudite.

2008 : l’armée israélienne lance une offensive militaire sur Gaza pendant trois semaines, le 27 décembre. Nommée opération “Plomb durci”, c’est une offensive aérienne puis terrestre. C’est aussi à ce jour l’attaque israélienne la plus meurtrière jamais menée contre le territoire côtier palestinien : près de 1 400 Palestiniens – principalement des civils – sont tués, contre 13 côté israélien. Un rapport de l’ONU accuse alors Israël de “crime de guerre”.

2011 : Israël déploie le Dôme de fer, le 27 mars. Ce système de défense antimissile permet aux forces israéliennes d’intercepter les roquettes de courte portée régulièrement tirées par le Hamas depuis Gaza.

2012 : l’armée israélienne lance une deuxième opération militaire contre les groupes armés à Gaza, le 14 novembre. Le commandant en chef du Hamas, Ahmed al-Jaabari, est tué durant cette opération “Pilier de défense” qui dure huit jours. L’organisation islamiste riposte aux frappes israéliennes en tirant des roquettes sur Jérusalem pour la première fois. Plus de 170 Palestiniens et six Israéliens sont tués.

2014 : trois adolescents israéliens sont enlevés et assassinés au mois de juin. Les autorités israéliennes rejettent alors la responsabilité sur le Hamas. Ce climat d’extrême tension conduit l’armée israélienne à déclencher, le 8 juillet, une nouvelle opération militaire (“Bordure protectrice”) sur Gaza – la troisième en moins de six ans. Israël mène des frappes aériennes et une opération terrestre sur sept semaines, le Hamas réplique avec des tirs de roquette. Cette opération fait près de 2 200 victimes côté palestinien et 73 côté israélien.

2018 : des dizaines de milliers de Palestiniens se rassemblent près de la frontière israélienne, le 30 mars, pour protester contre le blocus israélien de la bande de Gaza. Les manifestations se poursuivent pendant plusieurs mois, au cours desquels les troupes israéliennes tirent à balles réelles sur les manifestants.

Au moins 189 Palestiniens ont été tués et plus de 6 000 blessés au cours de ces manifestations entre la fin mars et la fin décembre 2018, selon la Commission d’enquête internationale indépendante mandatée par le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU.

2021 : en mai, des fidèles palestiniens affrontent la police israélienne dans l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem après des semaines de tension croissante. Le Hamas lance un déluge de roquettes sur Israël après avoir exigé que les forces israéliennes se retirent de l’enceinte. Israël répond par des frappes aériennes sur Gaza, déclenchant un conflit de 11 jours et causant la mort de plus de 200 personnes.

2022 : Israël bombarde Gaza de frappes aériennes, le 5 août, tuant un militant de haut rang d’un groupe du Jihad islamique et déclenchant des tirs de roquettes en représailles depuis l’enclave palestinienne. Au moins 40 Palestiniens sont tués au cours des trois jours de combat qui suivent.

2023 : les forces israéliennes tuent neuf Palestiniens du Jihad islamique et des civils lors d’un raid dans une ville de Cisjordanie occupée, le 26 janvier. Les militants palestiniens ripostent en tirant deux roquettes, ce qui déclenche des représailles de la part d’Israël. Aucune autre victime n’est signalée.

Le 7 octobre, le Hamas lance une attaque surprise sans précédent sur plusieurs fronts contre Israël, des combattants infiltrant la frontière lourdement fortifiée en plusieurs endroits par voie aérienne, terrestre et maritime. Les forces israéliennes répondent par des frappes aériennes et des renforts militaires à la frontière de Gaza.

À ce jour, plus d’un millier de personnes ont été tuées et plus de 2 150 blessées côté israélien, selon l’État hébreu. Le Hamas a, quant à lui, fait état de plus 560 Palestiniens tués et 2 900 blessés à Gaza. Au regard de ce bilan provisoire, lundi 9 octobre, cette guerre s’annonce comme l’une des plus meurtrières depuis 1947.

Source : France 24

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

Espace Publicitaire

Les plus populaires

Espace Publicitaire

DefMaks Promote

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.