Présidentielle 2023 en RDC : La réélection du Président Félix Tshisekedi confirmée par la Cour constitutionnelle

La justice congolaise a confirmé mardi la réélection de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 20 décembre après avoir rejeté une requête d’un candidat à l’élection qui dénonçait une “multitude d’irrégularités”. 

La Cour constitutionnelle de la République démocratique du Congo a confirmé mardi la réélection haut la main de Félix Tshisekedi à la présidentielle du 20 décembre, avec plus de 73 % des voix, après avoir rejeté une requête d’un candidat à l’élection.

Selon les résultats définitifs proclamés en audience publique par la Cour, le Président sortant, au pouvoir depuis janvier 2019, gagne même un dixième de point, à 73,47 %, par rapport aux chiffres provisoires annoncés le 31 décembre par la commission électorale (CENI), qui lui attribuaient 73,34 % des voix.


Pour parvenir à ce résultat, la Cour constitutionnelle a retranché des scores des 26 candidats à la présidentielle les suffrages enregistrés dans deux circonscriptions où la CENI a annulé les élections générales pour cause de fraudes diverses. En même temps, le 5 janvier, la CENI avait annulé les votes pour 82 candidats.

Un quadruple scrutin – présidentielle, législatives, provinciales et locales – était organisé le 20 décembre mais avait été prolongé d’au moins une journée pour cause de multiples problèmes logistiques.

L’ordre d’arrivée n’a pas changé

Les chiffres définitifs établis par la Cour constitutionnelle ne modifient pas le classement des 26 candidats qui étaient en lice pour la présidentielle, une élection à un seul tour, mais changent légèrement pour certains leur pourcentage de voix obtenues. 

Félix Tshisekedi est suivi par l’ancien gouverneur du Katanga (sud-est) Moïse Katumbi, qui recueille 18,08 % des suffrages (inchangé), puis de l’autre opposant Martin Fayulu, qui en obtient 4,92 % (contre 5,33 % selon les chiffres provisoires). 


Un autre candidat, l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito, est crédité de 1,13 % des voix (contre 1,12). Tous les autres, y compris le prix Nobel de la paix Denis Mukwege, ne dépassent pas les 1 %.

Lundi, la Cour constitutionnelle avait examiné une requête d’un candidat, arrivé dernier à l’élection, qui demandait l’annulation de la présidentielle, entachée selon lui d’une “multitude d’irrégularités”. 

La Cour, qui a rendu sa décision mardi avant de proclamer les résultats définitifs de l’élection, a rejeté cette requête et en a déclaré une autre, émanant d’un simple électeur, irrecevable.

La Rédaction 7 avec France 24

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

Espace Publicitaire

Les plus populaires

Espace Publicitaire

DefMaks Promote

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.