RDC : Le journaliste Stanis Bujakera a recouvré la liberté. Il est désormais libre !

Le journaliste congolais, qui a été condamné lundi 18 mars à six mois de prison, est finalement sorti ce mardi 19 mars dans la soirée de la prison de Makala. Pourtant, plus tôt dans la soirée, RFI apprenait que le parquet avait décidé de faire appel de cette condamnation, ce qui remettait en cause la libération de notre confrère.

Lundi, le tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe a jugé Stanis Bujakera coupable de « contrefaçon », « faux en écriture », « propagation de faux bruits », suite à un article sur la mort de l’opposant Chérubin Okende. Les juges l’ont condamné à six mois de prison ferme, une peine correspondant à la durée de sa détention préventive qui autorisait le journaliste à quitter sa cellule dès aujourd’hui.

Mais il y a quelques heures, en début de soirée, nous apprenions que le parquet faisait appel de cette décision. Le ministère public avait requis une peine bien plus lourde de vingt ans de prison. Avec cet appel du parquet, la libération de Stanis Bujakera était donc de nouveau compromise.

Mais un ultime rebondissement s’est produit un peu plus tard : le parquet est finalement revenu sur sa décision. Notre confrère est finalement sorti de la prison de Makala après avoir réglé une amende d’un million de francs congolais, environ 400 euros.

Stanis Bujakera pourrait faire appel

C’est la fin d’un long feuilleton judiciaire qui avait débuté en septembre dernier avec l’arrestation de Stanis Bujakera à Kinshasa. À cette date, les autorités congolaises l’accusent d’être à l’origine d’un article publié dans Jeune Afrique qui s’appuie sur un document incriminant l’Agence nationale du renseignement dans le décès de l’opposant Chérubin Okende. Document que les renseignements militaires présentent comme un faux fabriqué par le journaliste lui-même.

Son procès, qui s’est ouvert en octobre 2023, a avancé lentement à raison d’une audience toutes les deux à trois semaines. Le mois dernier, c’est le Président Félix Tshisekedi en personne, tout juste réélu, qui a déclaré en conférence de presse que Stanis Bujakera était « peut-être victime » des « tergiversations » de la justice et annonçait avoir décidé de « mettre son nez » dans ce dossier. Le procès s’est achevé deux semaines après cette déclaration.

Stanis Bujakera envisage désormais de faire appel de sa condamnation, selon son avocat. Depuis lundi, les réactions à  sa condamnation se multiplient. Pour le président de l’Union nationale de la presse du Congo, Jean-Marie Kassamba, cette condamnation de six mois est la preuve que le dossier est vide : « Ces six mois sont injustes parce que Stanis a fait six mois en prison pour des faits qu’il n’a pas commis. C’est une tentative de brimade de la presse, une façon de nous pousser à une autocensure ». Même avis du côté de Journaliste en danger, qui regrette ce verdict. Pour son secrétaire général Tshivis Tshivuadi, il s’agit d’« un procès politique » pour « museler la presse libre et indépendante ». « D’ailleurs, le procureur lui-même a dit que cette condamnation devait servir [d’exemple, NDLR] aux autres journalistes », complète-t-il, considérant que ces six mois de prison, loin des vingt ans requis par le procureur, est un « désavoeu » pour ce dernier et un « acquittement tacite » pour le journaliste. « Ce dossier vide témoigne d’une mauvaise foi des services de sécurité et du ministère public », conclut Tshivis Tshivuadi.

La Rédaction 7 avec RFI

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

Espace Publicitaire

Les plus populaires

Espace Publicitaire

DefMaks Promote

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.