CAN 2024 : Qui est Sébastien Desabre, le coach des Léopards, le «monsieur plus» de la RDC

La RDC s’est qualifiée pour le deuxième tour de la 34e CAN en Côte d’Ivoire. Le Français Sébastien Desabre, arrivée en 2022, a su relancer une équipe en pleine crise.

Mieux vaut ne pas se fier aux apparences. L’homme a beau s’exprimer avec calme et bienveillance, Sébastien Desabre est bel et bien déterminé à faire progresser la RDC, grand pays de foot, et pas assez présent en haut de l’affiche ces dernières années.

Aujourd’hui, tous les joueurs interrogés ne tarissent pas d’éloges sur leur entraîneur. À commencer par le capitaine Chancel Mbemba : « Sébastien Desabre a fait un travail énorme depuis son arrivée. Il nous a permis de nous qualifier et c’est tant mieux. Son projet principal, c’est une qualification au prochain Mondial. Avec lui, c’est tout un staff qui s’est mis au travail. Personne ne croyait que l’on serait là en Côte d’Ivoire. C’est déjà un grand pas pour nous et c’est grâce à lui ». « La RDC a beaucoup de bons joueurs, il faut remettre cette sélection à sa place », commentait Sébastien Desabre sur RFI au moment de l’annonce de son contrat avec les Léopards.

Pour Sébastien Desabre, cette CAN en Côte d’Ivoire est un bonus dans les priorités qu’il s’était fixées en arrivant en août 2022, alors que l’équipe était mal embarquée pour participer à la fête du foot en Côte d’Ivoire. Sébastien Desabre a très rapidement remis de l’ordre dans le groupe et s’est appuyé sur quelques cadres, et surtout renouvelé une grande partie de l’effectif.

En Côte d’Ivoire, ils sont vingt sur vingt-quatre à découvrir le tournoi. « C’est comme un nouveau départ. Mais cela n’enlève rien à ceux qui ont porté ce maillot et qui l’ont défendu. Aujourd’hui, il y a une nouvelle dynamique. Dans quelque temps, on fera le point pour savoir ce qui nous manque, car il nous manquera forcément des choses », dit-il.

Sébastien Desabre n’est pas un novice en Coupe d’Afrique des nations. Le Français a déjà disputé la plus grande compétition continentale. C’était en 2019 en Égypte, à la tête de l’Ouganda. A l’époque, il avait terminé deuxième du groupe A, avec notamment un succès 2-0 contre… la RD Congo. Le parcours des Cranes s’était finalement arrêté en huitièmes de finale avec une courte défaite 0-1 face au Sénégal au stade international du Caire, devant des tribunes plus que clairsemées. Peu importe, le continent africain est son terrain de jeu préféré. Il y a officié comme entraîneur de clubs, dans différents pays comme le Cameroun, la Tunisie, le Maroc ou la Côte d’Ivoire. C’est au pays des Éléphants que Sébastien Desabre a commencé son aventure africaine en octobre 2010 à l’ASEC Mimosa.

« C’est un coach qui me correspond beaucoup et qui correspond à la plupart des joueurs de l’équipe, commente Samuel Moutoussamy, milieu de terrain au FC Nantes. Il a ramené de la rigueur et de l’organisation dans l’équipe. C’est quelque chose qui a été important pour nous. On a beaucoup d’attachement envers lui. Tout ce qu’il a proposé depuis qu’il est là nous convient. Donc on fait le maximum ». Ces paroles doivent faire chaud au cœur tant le métier de sélectionneur reste fragile, encore plus sur le continent africain.

La plupart du temps, ces techniciens sont sur un siège éjectable. Lors de cette CAN, ils sont plusieurs à avoir été remerciés après l’élimination de leur équipe au premier tour, à l’image de l’Algérien Djamel Belmadi, qui avait œuvré à conquérir le titre en 2019 en Égypte. Ça va, ça vient. « Vous avez des millions de sélectionneurs autour de vous, qui ont leur avis et qui ont le droit d’avoir leur avis. Mais le problème, c’est qu’ils ne sont pas dans la vie de tous les jours avec un groupe. Tous les jours il y a des problèmes à régler. On est responsable d’une équipe et d’une nation. On est le garant du football de la nation que l’on représente », pointe Eric Chelle, le sélectionneur du Mali.

Le football sur le continent africain fait souvent office d’exutoire. Après la cinglante défaite face à la Guinée équatoriale (4-0), les Ivoiriens de San Pedro ont fêté dans la liesse, jusque tard dans la nuit, la qualification des Éléphants grâce à la victoire du Maroc contre la Zambie lors de la dernière journée de la phase de groupes.

Pour le moment, Sébastien Desabre est passé à travers les gouttes de critiques acerbes. « Je suis très heureux pour mes joueurs et pour le peuple de la RD Congo. Cette compétition a débuté pour nous il y a un an à travers les qualifications. Je suis très fier de la performance de l’équipe. Quand il y a une telle unité dans l’équipe, vous obtenez le résultat et les supporters et les gens à la maison en profiteront », s’est réjoui le coach après la qualification pour les huitièmes de finale. Les Léopards affronteront l’Égypte dimanche 28 janvier pour une place en quarts de finale.

La Rédaction 7 avec RFI

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

Espace Publicitaire

Les plus populaires

Espace Publicitaire

DefMaks Promote

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.