RDC : Le spectre du bateau ivre ! (Analyse de Maître Charles Kabuya)

Le célèbre poème d’Arthur Rimbaud, “Le bateau ivre”, peut servir de métaphore pour décrire ce qui se passe au niveau politique en RDC depuis quelques mois. Ce texte, considéré comme l'un des plus grands classiques de la poésie française, évoque l'odyssée d'un navire devenu sans maître, ballotté par les flots et voguant sans but jusqu'à être menacé de perdition.

Alors que le Chef de l’État a été réélu pour un deuxième mandat à l’issue d’une élection où, malgré les imperfections, il a sans conteste dominé tous ses challengers, on s’attendait à ce qu’il trouve une voie royalement balisée par la confortable majorité parlementaire dont il s’est adjoint, afin de pouvoir mettre en œuvre son programme politique, réaliser ses promesses de campagne et corriger les erreurs du premier mandat.

Mais c’est sans compter avec l’appétit d’ogre des hommes politiques qui composent cette majorité. Plus que jamais le pays est considéré dans leur esprit comme un gâteau, que dis-je, un bien leur revenant de droit.
En effet, si le Chef de l’État doit se sentir redevable au peuple congolais pour l’avoir préféré en majorité à ses concurrents, les hommes politiques issus des scrutins au cours desquels la puissance financière a été déterminante, se sentent, eux, d’abord redevables à la profondeur de leurs poches. Oui, comme le client qui va s’offrir un cadeau onéreux et le veut correctement emballé.

Le peuple n’est devenu pour eux qu’un élément du décor électoral et il ne leur sert au mieux que de tremplin pour leur ambition. Une fois parvenus à leur but, ils ont besoin de se refaire financièrement après une élection dispendieuse où ils ont tout misé, d’abord pour leur avenir et non pour l’avenir du pays. Leur motivation étant le fait qu’en RDC la politique paye mieux et enrichit plus vite que tous les secteurs confondus, sans parler des avantages et des honneurs qui flattent les égos.

Pour cela ils ont fait de la composition du gouvernement et des organes dirigeants des institutions l’occasion des foires d’empoigne éhontées. Leur équation personnelle est plus déterminante que la somme des problèmes et des attentes des populations congolaises. Le temps que les tractations ont pris pour la formation du gouvernement et des divers organes dirigeants compte pour peu. Ils sont prêts à rallonger les rounds. Qu’importe si l’opinion publique est lassée et que les impatiences sont brûlantes. Le peuple attendra !

Ce système se perfectionne de scrutin en scrutin, alimenté par notre dépendance à l’argent public, nos addictions aux magouilles, notre incapacité à gérer avec la rigueur nécessaire nos actifs publics. 
L’égoïsme et l’esprit prédateur dont il est le corollaire sont incrustés dans la société, que la pauvreté immanente rend hautement corruptible et gangrenée par les antivaleurs.

Notre démocratie est ainsi en panne, elle produit un personnel politique toxique pour le pays, plus porté vers la recherche de ses intérêts privés que sur le développement du pays. La reproduction indéfinie de ce mode de fonctionnement corrodé de nos institutions stérilise nos imaginations, décourage les volontés, annihile nos élans patriotiques.

Nous sommes devenus un pays où, du citoyen lambda (petit débrouillard du quotidien), au ministre, en passant par le policier, le magistrat ou le parlementaire, tout le monde cherche des combines (coops) chaque jour pour trouver de l’argent.
Cette obsession pécuniaire fait que personne ne se soucie réellement des problèmes cruciaux du pays, ni de son futur en termes de développement impactant les indices de développement humain.

Le fameux “Yo nde okobongisa mboka ango” qu’on rétorque à tout celui qui affiche une exigence de probité est si éloquent. Il symbolise notre défaite morale.

Et pendant ce temps, le bateau tangue comme pris d’ivresse, menacé par les vents mauvais venus des quatre points cardinaux.
Surtout par les vents d’est…

Il est temps de reprendre la barre, capitaine…

La Rédaction7

Cliquez ici > Avec AGiCOM, Gagnez en visibilité et en notoriété !

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

    Espace Publicitaire

    Les plus populaires

    Espace Publicitaire

    Newsletter

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.