Présidentielle 2023 : Le candidat Théodore Ngoy a introduit un recours en annulation du scrutin à la Cour constitutionnelle

Le candidat malheureux à la présidentielle du 20 décembre 2023 en République démocratique du Congo, Théodore Ngoy, a déposé mercredi 03 janvier une requête en annulation des résultats provisoires de ce scrutin au greffe de la Cour constitutionnelle.

Pour Théodore Ngoy, le scrutin a été entaché de plusieurs irrégularités et par conséquent, il doit être annulé.

Notons que selon les résultats publiés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Théodore Ngoy occupe la 17ème position avec 0,02%.

Réagissant à la démarche de Théodore Ngoy, un analyste a commenté que “sa requête est recevable mais non fondée en ce que les éléments de preuve étayant l’action en annulation sont insuffisants. La seule preuve fournie par le requérant étant le tableau reprenant les incidents documentés le jour du vote par les observateurs de CENCO/ECC”.

Rappelons que le scrutin présidentiel a été largement remporté à 73,34% par le Président sortant, candidat à sa propre succession, Félix Tshisekedi Tshilombo .

De son côté, Moïse Katumbi, principal challenger de Felix Tshisekedi, avait pris l’option de ne pas saisir la Cour Constitutionnelle.

Classé en deuxième position avec plus de 3 millions de voix par la CENI, Moïse Katumbi s’est exprimé pour la première fois, 72 heures après la publication des résultats provisoires pour la présidentielle 2023.

Dépité et inconsolable, le président national d’Ensemble pour la République a, sans surprise, rejeté en bloc les résultats provisoires publiés par la CENI. Comme Martin Fayulu et 7 autres candidats Président de l’opposition, l’ancien gouverneur de la province de l’ex Katanga a dénoncé un « simulacre » d’élections.

Visiblement frustré par une avalanche de félicitations adressées à Félix Tshisekedi pour sa brillante réélection par des Chefs d’État à travers le monde, Moïse Katumbi a dans un élan de désespoir déclaré :
« Amis partenaires, chers africains, les congolais n’ont-ils pas droit aux vraies élections ? », s’est-il interrogé, offusqué par les salves des félicitations adressées au Président réélu.

« Dites moi dans quel pays l’on retrouve des machines à voter dans des maisons des candidats du pouvoir et on se précipite à proclamer et à féliciter un vainqueur aux élections ? Citez moi un seul pays où l’on décide de prolonger la période des élections de 11 heures à 6 ou 7 jours ? Et on se précipite ensuite pour féliciter le vainqueur ? Citez-moi un seul pays au monde où on proclame le vainqueur sur la base des bureaux de vote et des machines à voter dont on ne connaît pas le nombre au jour de l’élection ? », s’est-il lamenté.

Du côté du gouvernement congolais, la réélection du Chef de l’Etat Félix TSHISEKEDI ne fait l’ombre d’aucun doute. Devant la presse, mardi dernier, son porte-parole, le ministre Patrick Muyaya a affirmé que le candidat numéro 20 a été élu partout en République démocratique du Congo. Il a, par la même occasion, appelé les opposants à saisir la Cour constitutionnelle comme la seule voie de recours légal plus tôt que de vouloir mener des actions subversives qui vont certainement énerver les lois de la République.

La Rédaction 7

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

Espace Publicitaire

Les plus populaires

Espace Publicitaire

DefMaks Promote

Newsletter

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.