Présidentielle au Sénégal : Pour être candidat, Karim Wade a renoncé à sa nationalité française

La publication tardive, le mardi 16 janvier, du décret y relatif au Journal officiel de la République française interroge les détracteurs du candidat au Sénégal.

« Sont libérés de leur allégeance à l’égard de la France les Français dont les noms suivent : (…) WADE (Karim, Meïssa), né le 01/09/1968 à Paris 15e (75015) », est-il écrit dans le journal officiel français en date du mercredi 17 janvier. Autrement dit, Karim Wade, fils et ministre de l’ex-président Abdoulaye Wade (2000-2012), a renoncé à sa nationalité française, qui empêchait sa candidature à la présidentielle sénégalaise du 25 février. 

Sa double nationalité faisait débat à trois jours de la validation finale des candidatures. En effet, tout candidat à la présidence « doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins et de 75 ans au plus le jour du scrutin », dit la Constitution. Il doit aussi savoir écrire, lire et parler couramment la langue officielle, le français. C’est en ce sens que le député Thierno Alassane Sall avait déposé, mardi 16 janvier, un recours devant le Conseil constitutionnel demandant d’invalider la candidature de Karim Wade, rappelle la correspondante de rfi à Dakar, Juliette Dubois.

Attestation sur l’honneur

L’intéressé a estimé dans un message sur son compte X que la querelle sur sa double nationalité « se termine enfin ». « Le décret du ministre de l’Intérieur français actant ma renonciation à la nationalité française est une preuve supplémentaire de ma constance », a-t-il dit. Mais pour le porte-parole de Thierno Alassane Sall, le décret publié dans le Journal officiel ne change rien au recours, car Karim Wade aurait menti en déposant son dossier de candidature le 23 décembre. Parmi les pièces demandées, il y avait une déclaration sur l’honneur dans laquelle il affirmait n’avoir que la nationalité sénégalaise.

Alors, était-il encore français à cette date ? Non, répond son mandataire Maguette Sy : « Je confirme qu’au moment où on a déposé le dossier, il n’avait plus sa nationalité ». Maguette Sy ne veut cependant pas s’avancer sur les pièces complémentaires transmises au Conseil constitutionnel mardi, par respect pour les juges et leur travail encore en cours.

Les recours des recalés

À deux jours de la publication de la liste définitive des participants à l’élection présidentielle, le Conseil constitutionnel examine cette semaine les recours déposés par des candidats pré-validés contre d’autres de ces candidats. Il a notifié ce mercredi les candidats concernés.

Hormis la déposition visant Karim Wade, une autre offensive a ainsi été lancée par le Premier ministre Amadou Ba, candidat de la mouvance présidentielle. Il conteste la candidature de deux candidats proches de l’opposant Ousmane Sonko : Bassirou Diomaye Faye et Cheikh Tidiane Dieye dont les dossiers avaient été pré-approuvés par le Conseil constitutionnel. Parmi les motifs invoqués, l’appartenance à une entité politique dissoute, en l’occurrence le Pastef, « la production de fausses pièces » devant le Conseil constitutionnel ou encore « la coalition irrégulièrement constituée ».

Les décisions finales seront arbitrées par le Conseil qui a encore trois jours pour statuer sur ces différents recours, mais aussi sur ceux des candidats recalés. C’est le cas d’Ousmane Sonko dont la candidature avait été invalidée au motif qu’il n’avait pas produit la preuve de dépôt de sa caution, ou encore de l’ancienne Première ministre Aminata Touré.

La Rédaction 7

(RFI avec AFP)

Partager cet article

Articles relatifs

Commentaires

Aucun commentaire

    Espace Publicitaire

    Les plus populaires

    Espace Publicitaire

    Newsletter

    Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.